le miroir de musique

5 diapasons, Denis Morrier, Diapason nr. 689, april 2013, p. 108

 

"Un disque pionier! Quand prolifère le cross-over berceur entre cultures, styles et époque, ce project sans fioriture ni concession relève du militantisme le plus inspiré. 
L'interprétation de Baptiste Romain, disciple de l'éminent Randall Cook, est à la fois sobre et souveraine. Virtuose sans jamais être démonstratif, il modèle chasue ornement pour élaborer un discours à l'éloquence raffinée autant que rigoureuse. Intonation et justesse sont d'une pureté transparente."

 

 

Roger Tellart, Classica 152, mai 2013 :

 

"Ici, un fonds musical passionnant sort de son sommeil, le souci majeur du Miroir de Musique étant de crédibiliser aussi bien le répertoire hérité des Franco-flamands que le style spécifiquement transalpin qui renaît de ses cendres à partir de la décennie 1490. Les choix opérés et l’approche inspirée du violon-poète de Baptiste Romain et des siens tournent d’entrée à l’anthologie : pièces empruntées à l’univers des motets, ricercari, contrepoints, madrigaux et danses d’Italie et des Flandres. On fera fête à l’événement, avec, cerise sur le gâteau, cette fascinante Padoana cortesa anonyme, pressentiment de toutes les fièvres baroques à venir."

 

 

 

 

 

Sprezzatura e glosas, avril 2013

 

"On ne sera pas étonné de retrouver ici Baptiste Romain en tant que leader de l’ensemble pour ce premier projet, lui qu’on a déjà vu et entendu excellent vièliste aux côtés des ensembles Peregrina, Vox Suavis ou encore Per-Sonat (avec Sabine Lutzenberger justement). ”Le Miroir de Musique a souhaité retransmettre les répertoires des premiers violons dans un esprit de fidélité aux sources et de respect du sens originel de cette musique” écrit-il dans le livret. On peut le suivre : c’est tout à fait réussi !"

 

 

 

La Libre (B) François Jongen, jeudi 01 août 2013 :

 

"Le programme évoque, dans la première moitié du XVIe siècle, l’apparition des premiers violons - magnifiquement reconstruits ici par le luthier Richard Earle. Très beau disque, une interprétation très sensible d’œuvres bien agencées..."

 

 

 

 

Gibert Joseph, juin 2013 :

"Un programme passionnant défendu par des interprètes qui associent le savoir à l'émotion."